Lauréats 2016

Grand Prix Diagonale

Né à Argenteau le 17 janvier 1946, François Walthéry, notre lauréat 2016,  est aiguillé à seize ans vers certains ateliers pratiques de Saint-Luc à Liège où on a senti que l'adolescent était doué pour le dessin, tout en n'ayant pas encore la maturité pour suivre les cours généraux destinés à des étudiants de loin ses aînés. Un voisin de Cheratte, le dessinateur Mittéï, lui donne quelques conseils de perfectionnement et, dès 1962, les scénarios d'une vingtaine de gags de "Pipo" qui sont acceptés pour Junior, le petit frère de Tintin
En 1963, sa carrière s’accélère lorsqu’il est embauché, à 17 ans, comme assistant dans le studio Peyo. Il y rencontre Derib, Bennet viendront s'y adjoindre Gos, Lucien De Gieter, Marc Wasterlain et bien d'autres. Il commence par dessiner une partie des décors de la Schtroumpfonie en ut, puis il reprend les séries Jacky et Célestin de 1963 à 1964 et enfin Benoît Brisefer en 1964 dont il dessine quatre albums jusqu'en 1972.
En 1970, pour Le Journal de Spirou il crée le 26 février 1970 avec Gos et Delporte la série qui le rendra célèbre, Natacha.
En 1972, à la mort de son père, il quitte le studio Peyo et crée une nouvelle série, Le Vieux Bleu sur un scénario de Cauvin.
Il continue à contribuer au Le Journal de Spirou en publiant régulièrement des courtes histoires de deux à quatre planches ou des couvertures pour des numéros spéciaux.
Dans l'une de ses nombreuses illustrations, il met en images un célèbre poème de Victor Hugo, Vieille chanson du Jeune temps, publié pour la première fois lors du numéro spécial du 14 janvier 1974 (exploité depuis par certains professeurs de français).
En 1988, il passe chez Marsu Productions où il continue de publier son héroïne Natacha mais aussi Le P'tit Bout d'chique.
En juillet 1989, il épouse sa femme actuelle et en décembre 1989 a son premier enfant.
Regrettant le fait que chaque dessinateur travaille dans sa tanière, il décide d’aider des dessinateurs comme Casten, Georges Van Linthout ou Dragan de Lazare. En 1993, il crée le personnage de Rubine. « Rubine est un personnage que j’ai créé, mais que je n’ai pas eu le temps d’exploiter personnellement. Je tenais cependant à ce qu’elle vive des aventures. Aussi, Mythic et moi-même avons déniché Dragan de Lazare, jeune dessinateur serbe talentueux… Il a dessiné tout le récit et j'ai assuré pour les albums 2-3-4 quelques mises en page.
En 2011, il publie le Vieux-Bleu 2.

Prix du meilleur album

1914. Sur une île bretonne, tous les hommes sont mobilisés, sauf Maël : un rêve au milieu des femmes esseulées...
La Première Guerre mondiale vide une petite île bretonne de ses hommes. Il ne reste plus que les enfants, les vieux et les femmes. Parce qu’il a un pied-bot, Maël n’est pas mobilisé. Il devient le seul homme, jeune et vigoureux, de l’île… bientôt facteur, bientôt amant…

Didier Quella-Guyot et Sébastien Morice reçoivent le prix du meilleur album 2016 pour Facteur pour femmes chez Bamboo.

Prix de la meilleure série

Le dernier printemps est avant tout un roman d’amour. Martin Mahner, le héros, est un soldat de l’armée nazie posté dans le Sud de la France. Très vite on s’aperçoit qu’il est l’amant d’une “Française”, Catherine, venue s’installer en ex-zone libre avec son mari Xavier Gance, quelques années auparavant. Notre héros narre son histoire. Redémarrant sur un flash-back, le récit nous plante à Berlin, dans le décor sinistre de l’Allemagne de la crise et de la montée du nazisme.
La force du scénario et la rigueur presque expressionniste des dessins laissent le lecteur captivé. Le dernier printemps est une démonstration magistrale en matière de BD tant par ses qualités littéraires que par la dynamique des images et de leur “mise en mouvement”La meilleure série 2016 revient à Amours fragiles de Philippe Richelle et Jean-Michel Beuriot, une série en 7 tomes chez Casterman